Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

Pauline Jaricot

Le Vatican a annoncé officiellement le 4 octobre 2021 la date de béatification de Pauline Jaricot, le dimanche 22 mai 2022.

Fondatrice de l’Œuvre de la propagation de la foi et du rosaire vivant, Pauline Jaricot sera béatifiée à Lyon-Eurexpo le dimanche 22 mai 2022 à 15h, lors d’une célébration présidée par le cardinal Luis Antonio Tagle, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.

Qui est Pauline Jaricot ?

Pauline Jaricot (1799-1862) adolescente se laisse séduire par les illusions du monde ; à 17 ans, elle est touchée dans son cœur et se sent appelée à se donner totalement à Dieu.

Elle veut communiquer l’amour du Christ qui la brûle à ceux qui ne le connaissent pas encore, autour d’elle et dans le monde, ou réveiller ceux qui vivent loin de Lui.

Contemplative mais aussi femme d’action, elle met en place en 1819, à 20 ans, les fondements de l’Œuvre de la propagation de la foi pour soutenir les missions, œuvre qui sera officialisée en 1822.

En 1826, à 27 ans, Pauline Jaricot fonde le Rosaire Vivant, œuvre destinée à raviver la dévotion mariale par la récitation du chapelet.

Interpellée par les conditions misérables de travail et de vie des ouvriers en soierie, elle s’engage à leurs côtés lors des insurrections des canuts en 1831 et 1834.

Cette prise de conscience l’amène à vouloir créer une usine modèle à Rustrel en 1845, avec le souci du respect de la dignité humaine. Ses objectifs demeurent l’évangélisation du monde ouvrier et la lutte contre les injustices sociales.

La guérison miraculeuse d’une petite fille, reconnue en mai 2020 par le pape François, fait que Pauline sera bientôt bienheureuse.

Elle n’a jamais douté de l’amour de Dieu, elle est restée fidèle à ses engagements quoi qu’il lui en coûte. Elle a démontré que la mission était ouverte à tous et qu’il fallait annoncer à chaque homme, chaque femme sa valeur infinie aux yeux de Dieu.

Edito

Noël où Dieu se met par terre

Adoration bergers

La fête de la Nativité de Jésus que nous appelons communément Noël est une grande fête dans le christianisme car les chrétiens ne célèbrent pas un Dieu absent, voire lointain. Noël est avant tout un mystère à redécouvrir, à méditer, à vivre et à partager. En d’autres mots ou simplement, Noël est le dévoilement de Dieu à la terre des hommes et des femmes. C’est Dieu qui se met par terre. Lorsqu’un parent veut parler à son petit enfant de trois ans, il se met à genou, il se met en quelque sorte par terre pour être au même niveau que ce dernier et lui parler en face. C’est ce que fait Dieu à Noël, lors de la naissance de Jésus. Lui qui est le « plus haut », devient  le « plus bas » pour se mettre au même rang que l’homme et la femme. A Noël, c’est Dieu qui vient à grands pas vers nous ; ce n’est pas pour nous aimer du sommet d’une pitié à bas prix mais pour être avec nous. Il vient planter sa tente au milieu de nous. Ce que personne n’avait pu imaginer, à savoir un Dieu pleinement solidaire de nous, au ras du sol, le voilà qui se présente au milieu de nous. Le voilà plus humain que nous.

Dieu est entré dans notre vie par la petite porte de l’étable. Cela s’appelle l’abaissement, l’effacement, la simplicité. Nous n’admettons pas d’être aimés par Dieu au point qu’il nous rejoigne dans le terre à terre de la réalité humaine. Si Dieu s’est fait si proche, si quotidien, si banal même, c’est pour faire à notre tour le même parcours que lui. S’il a planté sa tente au milieu de nous, nous avons à planter la nôtre aux côtés de nos frères et sœurs. Si Dieu quitte son monde pour rejoindre les hommes et les femmes, qui sommes-nous pour nous replier sur nous-mêmes ? Noël, c’est commencer une longue aventure d’amour au goût de fréquentations, de visites et d’accueils. Vivre Noël, c’est « élargir l’espace de sa tente » pour se sentir proche de tout homme qui fait irruption en frappant à la porte et qui cherche un refuge, une aide…  Au nœud de ces rencontres éparses que nous pouvons faire, quelque chose relie toutes les présences de Dieu. Jésus devient alors un bonjour lâché avec sourire, un « comment vas-tu ? » donné avec attention. La réalité de Noël, c’est Dieu qui quitte son trône, sa gloire, sa majesté et ses honneurs pour descendre plus bas et se faire tout petit. N’ai-je pas à quitter moi aussi mes suffisances, mes garde-fous pour rejoindre celles et ceux que je ne côtoie pas souvent et ceux que je n’apprécie pas du tout.

Il faut être Dieu pour aimer jusqu’à se mettre par terre, il faut être homme pour ne pas oser y croire. Il faut être chrétien pour essayer d’entrer dans la tente de Dieu et voir tout le monde avec ce regard qui apprécie et invite à la fraternité.

Je souhaite à chacun et à chacune d’entre vous « Joyeux Noël et bonne année 2022 » ! 

Dominique NDJOKO

Lire la suite

Lettre d'information

"


Pour recevoir atomatiquement cette lettre d'information, veuillez écrire à
communication@paroissesaintefoy.fr
en indiquant vos nom, prénom, téléphone et adresse postale

Guide paroissial

Guide

ND de paris

jordan Sneakers | New Balance 991 Footwear

Confinement

buy footwear | Nike Air Force 1 Green Gold Swoosh DA8481-300 , Gov

Avec le Grand Rabin

 

latest Running | Autres