Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

Après le Congrès Mission qui s’est tenu à Lyon du 1er au 3 octobre, plusieurs paroissiens nous partagent leur témoignage.

« C’est avec un grand enthousiasme que j’ai participé au Congrès Mission. L’atelier « Annonce du kérygme en 3 minutes » a retenu mon attention car tout chrétien baptisé se doit d’évangéliser et d’annoncer à toute personne LA bonne nouvelle : « Dieu est Amour, son fils Jésus a donné sa vie pour nous libérer du péché, Il est ressuscité, Il vit en chacun par son Esprit Saint, souffle de Vie ».

Nous sommes tous appelés à être « disciples missionnaires » dans la mesure où l’on a fait la rencontre personnelle et l’expérience de l’amour de Dieu. C’est pour cette raison que je participe à l’évangélisation de rue !

De la journée spécifique dédiée aux « couples missionnaires », j’ai retenu que, par le sacrement du mariage, les époux sont investis d’une mission spécifique : « À l’image du couple Marie et Joseph, les époux sont appelés à accueillir Jésus et à le donner au monde ». Comme eux, Il faut se mettre à l’écoute de l’Esprit Saint pour faire « l’œuvre de Dieu » et non pour faire « des œuvres pour Dieu ». Il en va de même pour notre projet pastoral paroissial qui sera bâti sur le roc si c’est l’œuvre de Dieu !

Être « disciples missionnaires en couple » procure beaucoup de joie ! » (V.S)

« Tout d’abord, peu à peu, j’ai pris conscience que le rôle de chacun dans l’Église était d’aller aussi à la rencontre de ceux qui en sont éloignés ou qui se sont éloignés d’une vie de foi, d’une vie en communauté chrétienne. Donc je me suis sentie interpelée par cette idée d’être missionnaire, que si la paroisse devait se mettre en état de sortie, je devais me mobiliser, m’informer, me former.

Je n’avais aucune idée de ce qui allait nous être proposé et j’ai découvert :

  • qu’on était nombreux, très nombreux, touchés par l’intérêt de la mission, avec beaucoup de jeunes !
  • qu’il y avait une centaine d’ateliers proposés, sans compter les tables rondes, les veillées ;
  • qu’on n’était absolument pas assez nombreux de la paroisse à s’être mobilisés, parce qu’il y avait beaucoup d’ateliers et nous n’étions que quelques-uns, alors que le Congrès était à Lyon, si près qu’on pouvait s’y rendre à pied !
  • que chaque atelier était tenu par des personnes ayant expérimenté la mission et qu’ils étaient là pour nous faire bénéficier de leur expérience, c’était concret même s’il faut trouver les initiatives correspondant à notre territoire ou notre charisme, et que leur enthousiasme était communicatif.

Conclusion : J’ai encore plus envie de vivre dans une paroisse qui accepte d’aller de l’avant, de bousculer ses habitudes pour se mettre au service de ceux qui sont loin et pourtant si proches ! » (E.D.)

« Je n’ai pu participer qu’à une journée du Congrès Mission, mais je suis revenue pleine d’enthousiasme, « boostée » par cette journée de rencontres, de témoignages de choses très concrètes qui se vivent dans les paroisses… 2 500 personnes qui se retrouvent pour témoigner de leur foi bien vivante, ça fait du bien !!

Table ronde du matin : « Évangéliser :  c’est quoi ? où ? comment ? » À toutes ces questions, des réponses très « pratiques » par des témoignages de personnes qui le vivent…

Ateliers : pendant 1h30, deux personnes présentent un projet ou une action mis en place dans leur paroisse. Que du concret et très enrichissant…

« Rien n’est impossible à Dieu » : laissons-nous guider par l’Esprit Saint pour donner un nouvel élan fraternel et missionnaire à notre communauté paroissiale. » (M.S.)

« Merveilleux rassemblement où nous avons pu célébrer et louer notre Dieu ! Nous avons partagé des expériences diverses d’Église en vue d’annoncer, hors de nos murs, le Salut en Jésus.

Parmi ce que nous avons reçu, un point me paraît essentiel : l’importance de l’accueil lors de nos célébrations (facile à mettre en œuvre). Avons-nous le souci de ceux que nous ne connaissons pas ? allons-nous vers eux (gens de passage lors des vacances, des baptêmes, etc.) ? Ou restons-nous entre nous ? Avons-nous le souci des personnes seules qui repartent parfois sans avoir rencontré personne ?

Sans aller bien loin, on peut être témoin ! » (G.V)

« Quelques fruits récoltés au Congrès Mission.

Évangéliser suppose de rencontrer des personnes disponibles, en manque, d’une certaine façon pauvres… Par exemple, évangéliser c’est :

  • Se taire et écouter
  • Accueillir, rejoindre l’autre
  • Offrir un café
  • Construire une chapelle et à côté un dispensaire et une école ouverts à tous et gratuits
  • Dresser une crèche de Noël avec tous les symboles de nos addictions, de nos dérives (alcool, drogues…) et placer Jésus au milieu
  • Témoigner de notre rencontre personnelle avec Jésus, des circonstances de la rencontre spirituelle et des fruits. » (C.F.)

Edito

La passivité de l’Église face aux abus des hommes de Dieu

Le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église était très attendu par tous. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est très amer et nous plonge dans le sordide. Le rapport met l’Église à nu avec cet exercice impérieux de la vérité sur le rôle joué par les clercs et les religieux sur les enfants : 330 000 mineurs victimes, en incluant les victimes de laïcs en mission dans l’Église.

Des chiffres hallucinants qui font froid dans le dos et qui nous interrogent sur notre manière de prendre soin des enfants qui sont les amis de Jésus : « Laissez les enfants venir à moi… car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent » (Mc 10,14). C’est une grande honte pour l’Église, il faut l’accepter et le reconnaître. Nous avons failli à notre mission d’enseignants, de protecteurs, de pères spirituels et d’accompagnateurs. Nous n’avons pas été à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre de nous. Nous avons souillé l’innocence et désacralisé l’humanité.

Ce rapport vient encore une fois réveiller la souffrance des victimes qui sont toujours restées en marge de la société. Mais il agit également comme une thérapie, en mettant des mots sur leurs souffrances, et il leur permet de se savoir entendus et reconnus comme victimes par la hiérarchie catholique, dans le déni depuis tant de décennies. Et pourtant, les pécheurs ce ne sont pas eux, mais ceux qui les ont abusés, ceux qui les ont  blessés, violés, qui ont abusé de leur autorité, de leur influence spirituelle parce qu’ils possédaient l’autorité, parce qu’ils étaient les plus forts, les plus puissants.

C’est pourquoi notre pensée va tout droit à toutes ces victimes, elles qui portent encore le poids du silence de la hiérarchie catholique, de la honte, de l’exclusion et du mépris. Depuis des décennies, cette souffrance les suit partout et les traumatise dans leur vie professionnelle, sociale ou dans leurs foyers. Nous devons entendre leur cri de détresse et de souffrance car leurs vies ont été  complètement détruites. Nous ne devons pas être indifférents à leur sort, nous avons à les accompagner pour qu’elles se reconstruisent, se libèrent de ce traumatisme accablant et pour leur épanouissement.

Le travail effectué par la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église est un travail de vérité. Aujourd’hui nous voulons une Église pauvre et non puissante, une Église humble, et non une Église qui cherche à cacher ses misères. C’est dans ce sens qu’elle pourra rebondir en passant par une remise en question sérieuse et approfondie sur sa manière d’être dans le monde. C’est la voie de la purification et nous sommes tous concernés.

Père Dominique Ndjoko

Vous pouvez aussi trouver sur le site du diocèse la déclaration de Mgr Olivier de Germay, sous forme écrite et en vidéo.

Lire la suite

Lettre d'information

"


Pour recevoir atomatiquement cette lettre d'information, veuillez écrire à
communication@paroissesaintefoy.fr
en indiquant vos nom, prénom, téléphone et adresse postale

Guide paroissial

Guide

Symbolique du Crucifix

best Running shoes | nike air jordan green polka dot dress kennedy

La pédophilie

Running Sneakers Store | jordans air max fusion

Avec le Grand Rabin

 

latest Running | Autres