Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

Vous pouvez télécharger le communiqué en cliquant ici. En voici le texte :

Continuer notre chemin d'Église
à Ste Foy-lès-Lyon : Par l'unité et davantage de fraternité en Christ

 Notre longue souffrance d'Église à Ste Foy-lès-Lyon

  • L’ampleur de la blessure

- Il y a quatre ans «la Parole s’est libérée». De nombreuses victimes ont pu révéler les agissements pédocriminels de Bernard Preynat qui seront enfin jugés. Pendant toute cette période nous avons été envahis et troublés par tant de révélations d’abus sexuels et de pouvoir dans l’Église et dans toute la société.

- Dans la tension et la tristesse, nous sommes touchés par la souffrance indélébile des victimes. Nous avons essayé de nous mettre résolument à leurs côtés. En particulier, la paroisse a souvent écouté des familles qui vivent ces révélations sidérantes avec beaucoup de solitude.

  • Du silence à une prise de conscience qui libère

- Pendant plus de 20 ans l’église St Luc, des responsables et des paroissiens se sont trouvés murés dans le silence avec peut être de l’ignorance, du déni et de la culpabilité.

- Des clarifications par les différentes décisions de justice sont attendues prochainement.

- Mais comment ne pas sentir que notre Église est responsable de trop de silence, d’amnésie, et de manque de compassion et de courage?

- Après les témoignages, le livre d’Isabelle de Gaulmyn «Histoire d’un silence», le film «Grâce à Dieu», nous comprenons que la sidération et le déni des uns et des autres ont fait une chape de plomb.

- Le chemin de vérité que nous faisons les uns avec les autres, nous rend plus libres et conscients de notre possible part de responsabilité pour ce qui s’est passé, pour ce qui a été couvert, pour ce que nous avons peut- être laissé faire.

- Finalement Bernard Preynat a été aussi, sous couvert de son scoutisme admirable, le prédateur d’une communauté chrétienne qui ne s’est pas rendu compte de son cléricalisme abusif quasi sectaire et impossible à dénoncer.

Nous inventons ensemble un chemin pour l'avenir de notre paroisse

  • Vouloir agir ensemble pour la prévention des abus sexuels et de pouvoir

Pour l’avenir, nous ne pouvons pas nous contenter de laisser la page se tourner toute seule. Toute la communauté chrétienne doit se sentir concernée pour que des abus abominables ne se reproduisent jamais.

- Nous restons conscients que la blessure n’est pas refermée et que le silence n’est pas totalement brisé. Nous voulons rester proches et à l’écoute de ceux qui sont aujourd’hui dans l’incompréhension et la colère qui les conduisent à de la méfiance ou à une prise de distance à l’égard de l’Eglise.

- La paroisse doit prendre la part qui lui revient dans la prévention. L’EAP organise début 2020 une rencontre de sensibilisation et d’échanges et une large information sous forme d’affiches dans les locaux paroissiaux, et sur le site internet.

  • Poursuivre le long chemin de vérité, de fraternité et d’unité en nous centrant davantage sur le Christ

Ces dernières années nous avons fait l’expérience que la parole enfin libérée ouvre de nouveaux chemins pour toute la vie paroissiale.

- La paroisse s’est transformée en s’unifiant et en cherchant à se centrer sur l’essentiel. Notre mission est avant tout de proposer à chacun de faire l’expérience d’une rencontre avec le Christ et d’oser la partager.

- L’unité et la vie fraternelle se consolident par toutes les initiatives, activités et célébrations communes dont beaucoup ont lieu dans les locaux rénovés et accueillants de l’église St Luc.

- L’EAP prépare une assemblée paroissiale tournée vers l’avenir qui aura lieu en mars 2020.

- L’EAP souhaite proposer de réfléchir sur l’organisation et les pratiques des activités paroissiales dans le sens de la mutualisation, de la transparence, de l’engagement et de la coresponsabilité.

Les paroissiens apprennent ensemble à inventer l’avenir de notre Église locale, avec confiance et dans la Fraternité en Christ qui est notre chemin.

Edito

Pourquoi Dieu a-t-il voulu venir sur terre?

Déjà ! Une nouvelle année liturgique commence ! Pendant quatre semaines, nous allons entendre différentes prophéties sur la venue de « Celui qui a été promis ». Pour cette raison, il me semble légitime de poser une question toute simple et très profonde à la fois : pourquoi Dieu a-t-il voulu venir sur terre?

Spontanément, nous pensons au don total de la vie de Jésus sur la croix et sa résurrection. Pourtant, la naissance de Jésus sur terre révèle encore une autre réponse : Dieu s’est montré solidaire des hommes, il a décidé d’être proche de nous !

Les prophètes annoncent l’arrivée de l’Oint, de l’Élu de Dieu qui viendra pour transformer l’humanité ou autrement dit, pour la sauver et lui apporter le salut. Pour en parler, ils utilisent différentes images et termes. Celui qui est repris plusieurs fois, est le nom « Emmanuel », le titre donné au Messie : « C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel, c’est-à-dire : Dieu-avec-nous (Isaïe 7, 14) ». Voici ce que Dieu dit sur la venue de Jésus : « Je suis parmi vous, proche, l’un de vous et complètement différent à la fois ».

Jésus en prenant le corps de l’homme, a voulu partager la beauté de la vie humaine : amitié, famille, entraide, consolation, don de soi pour l’autre, etc. Mais il a aussi vécu les difficultés de la vie. Et regardons les conditions pauvres et ordinaires de sa naissance, le fait que pendant sa vie, il a connu des nuits sans toit (Luc 9, 58), la fatigue de la journée (Mc 6, 31), la soif (Jn 4, 7), qu’il était accablé de moqueries, maltraité, couvert de crachats (Lc 18, 32)…

Pas de doutes : Dieu a vraiment partagé la vie des hommes.

Pourquoi ce signe est-il si important ? Nous sommes tentés de penser que Dieu ne s’intéresse pas toujours à nous, surtout dans les moments difficiles… Rappelons-nous que Jésus est venu sur terre pour manifester la présence de Dieu dans la vie de l’homme. Comme Il a été réellement présent pendant la vie terrestre de Jésus, Il est d’autant plus présent après sa résurrection et son ascension dans le ciel. La fête de Noël est un argument pour chasser nos doutes : Jésus-Emmanuel est Dieu parmi nous !

Grâce à sa venue, nous pouvons dire les mêmes paroles que Dieu a prononcées en parlant de la Loi et de sa Parole, les signes de l’alliance avec Israël : Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : « Qui montera aux cieux nous la chercher ? » Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : « Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher ? »  Elle est tout près de toi, cette Parole [Jésus], elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique (Dt 30, 11-14).

Chers frères et sœurs, réjouissons-nous car Dieu est vivant et présent dans notre vie. Il est venu pour que nous ne doutions plus de sa présence parmi nous !

Père Przemek Koscianek OMI

Lire la suite

Symbolique du Crucifix

La pédophilie

Le Bénin