Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

Visite domicile

Le samedi matin, une fois par mois, dans le quartier de St Luc : les portes s’ouvrent pour de belles rencontres qui enrichissent autant les visiteurs que les visités !

Témoignages...

Une jeune maman nous ouvre, avec ses deux enfants de 5 et 8 ans. Dans le quartier depuis 2 mois, elle n’est pas encore allée à l’église. Pourtant, elle voudrait éduquer ses enfants dans la foi et les inscrire au catéchisme. Elle pose plein de questions sur la paroisse et est heureuse de recevoir le livret. A travers nous, c’est la paroisse qui est venue à elle pour l’accueillir dans son nouveau quartier ! Elle est très touchée. Nous terminons en priant un « Je vous salue Marie » avec les enfants.

Un jeune papa nous ouvre avec le sourire et nous fait aussitôt rentrer, nous offre un café. Il n’est pas baptisé, et a grandi dans un milieu anti-clérical. Il est touché par notre démarche car il aime les liens humains, et trouve notre initiative excellente. Notre discussion s’oriente vers l’écologie, sujet qui nous rapproche, et il est très étonné d’entendre ce que l’Eglise dit de l’écologie intégrale. Nous témoignons de « Laudato Si », et il nous assure qu’il va lire le pape François avec intérêt !  Nous sommes édifiés par la rencontre de cette personne qui nous a donné plus d’1h de son temps pour un dialogue vrai et respectueux.

Un père de famille dit être athée convaincu : « Je ne veux pas être embêté par la religion, ces choses-là ne m’intéressent pas, je suis très bien comme ça ». Pourtant il garde sa porte ouverte et nous commençons à discuter avec lui, à faire connaissance. Au bout d’un moment il dit : « bien sûr, quand on a des épreuves, on regarde le ciel ! », et il nous confie une grande épreuve qu’il a vécue. Nous pouvons alors lui donner le témoignage que pour nous, le ciel c’est Dieu, Dieu présent avec nous, Jésus qui vit nos épreuves avec nous, et combien cela donne sens à notre vie. Nous avons l’impression de toucher ce qui est enfoui au plus profond du cœur de tout homme : la soif de Dieu.

Rencontre avec une dame âgée qui ne sort plus de chez elle. Pourtant quand elle était jeune, elle en a rendu des services à la paroisse ! Veuve, elle souffre de solitude, regarde la messe à la TV. Elle nous fait entrer dans son salon, est tellement heureuse de recevoir la visite de paroissiens ! Nous aussi sommes heureux de la rencontrer. Nous faisons le lien avec la pastorale de la santé et la communauté portugaise pour qu’elle soit à nouveau visitée.

Alors que Przemek a fait un topo sur la distinction entre l’évangélisation et le prosélytisme, nous sonnons chez quelqu’un qui répond : « Savez-vous que le prosélytisme est interdit en France ? » Alors nous avons pu sereinement expliquer le sens de notre démarche, qui a été, du coup, bien accueillie.

Un jeune homme ouvre, et pense que nous sommes témoins de Jéhovah. Nous nous présentons comme catholiques, et aussitôt il nous fait entrer. Lui est catholique ; sa femme, orthodoxe, nous prépare un café. Ce sera une rencontre fraternelle et chaleureuse avec ces croyants qui n’ont jamais mis les pieds dans notre paroisse, et qui sont heureux de la découvrir.

Une paroissienne vietnamienne participe aux visites mais elle n’est pas à l’aise en français. 1er coup de sonnette : une famille vietnamienne !

Après une rencontre chez une dame et son fils, une paroissienne - missionnaire témoigne : « Tout à coup je sentais mon visage rayonnant d’un grand sourire et mon cœur fut rempli d’une immense joie en les regardant. Nous sommes partis, j’avais cette joie qui ne me quittait pas. J’avais eu l’impression que je venais de remplir ma mission ».

Oui, la joie de ces rencontres ne nous quitte plus !

N’ayez pas peur d’aller « vers les périphéries », de sortir de votre zone de confort en témoignant de votre foi à ceux qui n’attendent que ça ! Venez nous rejoindre ! 

Si vous avez des questions, nous sommes à votre écoute.

Eve-Marie et Jean Delobel
06 08 94 62 75

Edito

Vers la communauté paroissiale de demain

Assemblée 2019 09 08

Nous avons vécu en octobre 2019 le mois missionnaire décrété par le Pape François. Le Saint Père nous invitait à être tous missionnaires. Mais cette réalité d’être missionnaire est permanente, elle ne nous quitte jamais, parce que nous sommes baptisés pour être envoyés. Une communauté paroissiale qui n’est pas impliquée dans la vie paroissiale est une communauté démissionnaire, une communauté qui vit « une forme de mort ». Tant que nous avons l’Esprit reçu lors de notre baptême et de notre confirmation, nous n’avons pas le droit de démissionner, nous n’avons pas le droit de regarder l’Église ou la paroisse de l’extérieur comme si cela ne nous intéressait pas. C’est une grande erreur de notre part si nous disons : « ils n’ont qu’à se débrouiller ».

Dans La Joie de l’Évangile n° 120, le Pape François déclare : « Chaque baptisé, quels que soient sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation, et il serait inadéquat de penser à un schéma d’évangélisation utilisé pour les acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions. »  A travers ces paroles du Pape François, nous sommes tous invités à être des protagonistes de l’action pastorale dans notre paroisse. C’est dans cette perspective que nous organisons, le 25 mars 2020, dans notre paroisse, l’assemblée paroissiale où tous sont invités à vivre ce moment pour l’avenir de notre paroisse.

L’avenir d’une paroisse dépend de ses membres, qui voient les besoins urgents de la communauté et qui cherchent des solutions à donner. Dans un monde qui va à la vitesse de la lumière, il me semble que nous ne pouvons plus faire comme on l’a fait il y a 50 ans.

Il faut que chaque paroissien trouve sa place dans la communauté. Il y en a pour tous : qu’ils soient timides, mous ou pleins d’énergie. Tous sont envoyés comme disciples-missionnaires. Il n’y a pas une catégorie spécifique de baptisés, comme une sorte d’aristocratie de la mission paroissiale : des êtres d’élite qui seraient, à eux seuls, chargés de remplir un service paroissial. Tout paroissien est missionnaire dans la mesure où il est témoin de la rencontre avec Jésus. Et, on le sait, quiconque rencontre Dieu, rayonne : « Moïse descendit de la montagne de Sinaï, (…) son visage rayonnait parce qu’il avait parlé avec Dieu » (Ex. 43, 29). C’est cette expérience que nous avons à partager dans la simplicité, dans nos quartiers, écoles et différents lieux de vie. Notre imperfection ne doit pas être un obstacle ou une excuse. Dieu n’appelle jamais des hommes saints : Pierre, André, Jacques, Jean ou Paul de Tarse n’étaient pas des hommes parfaits. C’est la rencontre avec Dieu qui les a transformés pour être à leur tour ceux qui ont fait passer Dieu aux autres. C’est à nous de jouer maintenant !

La paroisse de demain a besoin de tout le monde, elle a besoin de l’engagement de chacun, de la parole de tout un chacun. Elle a besoin de celles et ceux qui savent partager leurs dons en s’investissant dans la multitude des services paroissiaux. La seule barrière qui reste à franchir, c’est la peur, la timidité, le manque de temps pour le Christ et pour les autres. Alors il faut oser sortir de cet engrenage, sinon on est « chrétiens sans Christ ».

Père Dominique Ndjoko

Lire la suite

Newsletter

Recevez chaque mois Echos de Foi dans votre boîte e.mail

Guide paroissial

Guide

Abbayes

JMJ 2019

Avec le Grand Rabin